Tout fout l'camps...

Publié le par Da Postman

Bonjour,

Aujourd'hui je suis perplexe. En effet dans l'article d'ouverture de ce blog, je titrais "La Poste à Papa, c'est fini!" et je me suis rendu compte il y a quelques jours à quel point j'avais raison.

Un monsieur se présente au guichet et me soumet un problème auquel La Poste n'a pas de solution "clef en main" si je puis dire, elle n'a pas de service dédié à ce genre de chose. Ce monsieur est chef d'entreprise et reçoit son courrier dans une entreprise de domiciliation depuis plus de quinze ans, seulement cette entreprise de services cesse son activité et met la clef sous la porte (et d'aprés ce qu'il me dit, de manière plutôt accélérée). Ce monsieur se retrouve donc dans une position inconfortable, pour effectuer un changement d'adresse pour sa société, il doit fournir un extrait Kbis (document présentant les statuts généraux de l'entreprise avec notamment le gérant et l'adresse de celle-ci) établi avec la nouvelle adresse, chose qu'il n'a pas puisqu'il ne sait pas encore où il va domicilier sa société.

Il me demande donc de faire une poste restante mais encore une fois, ce service n'est pas permis pour les entreprises. Je lui propose une garde de courrier au bureau de distribution mais comme le contrat précise qu'on ne peut retirer le courrier qu'à la fin de la période de la garde, cela ne l'intéresse pas, car sa société ne peut arrêter de travailler et donc de recevoir du courrier ne serait-ce que pendant 15 jours.

Je me souviens d'un temps qui n'est pas si lointain où on aurait pu s'arranger pour dépanner ce client (on appelait d'ailleurs les clients des usagers en ce temps là). Encore trop naïf, je le dirige vers le centre de distribution qui est adossé au bureau où je travaille afin de voir s'il ne peut pas s'arranger, soit avec un chef d'équipe, soit directement avec son facteur, afin que le dit facteur laisse le courrier au bureau et que ce petit patron vienne le chercher tous les matins. Bref! On agit comme des êtres civilisés et on essaie de s'entr'aider quoi!

Je ne sais pas s'il est tombé sur l'imbécile du village ou encore une grosse faignasse qui ne voulait pas s'embêter, toujours est-il que mon client revient, furieux. Il s'est fait jeter comme un malpropre et me dit par la même occasion que la personne qui l'a si gentiment reçu pensait que je n'avais pas ma place derrière un guichet si j'envoyais les gens au centre de ditribution pour un oui ou pour un non (Sachant que c'était la première fois que j'étais confronté à ce genre de problème avec un client).

Je me confonds en excuses (et parallèlement je me retiens d'aller retourner son bureau sur la tronche de cet(te) imbécile) et on décide ensemble d'établir un ordre de réexpédition malgré le Kbis désormais non conforme en espérant qu'il ne soit pas refusé pour ce motif.

Tout ça pour dire que le service public cher (enfin, il paraït) à la direction de La Poste fout le camps! Peut-être est-ce dû au fait que cette histoire se passe dans une grande ville comme Paris et que c'est bien connu les gens n'ont rien à cirer des problèmes des autres, mais je trouve cette attitude franchement peu sympathique de la part d'une entreprise qui est une véritable institution en France. Immanquablement si ce patron n'était pas tombé sur un(e) imbécile cela se serait mieux passé mais c'est un signe fort de l'évolution de La Poste dans son ensemble : Rien à taper des problèmes des usagers clients. Si ça ne rapporte plus un minimum de fric et si on doit se casser un peu plus la nenette que d'habitude, c'est non productif alors pas intéressant, tout ceci couplé à la fâcheuse tendance de certains service à respecter strictement le cadre réglementaire notamment pour ne pas avoir à s'embêter (résultant du syndrôme du poil dans la main), conduit immanquablement vers une baisse de l'image de marque et de l'affection qu'a le public pour La Poste.

C'est dommage quoi...

Publié dans La Poste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article