Le Bug de l'An 2000 est enfin arrivé!

Publié le par Da Postman

Bonjour!

Mardi vers 15 heures les serveurs de la Banque Postale ont été victimes d'une attaque virale. De ce fait, les opérations bancaires étaient impossibles à réaliser, les distributeurs automatiques fonctionnaient en pointillé (marche/marche pas), bref! C'était le bordel intégral.

Bizarrement, la presse n'en a pas parlé, en tout cas, je n'ai pas vu une seule ligne, ni entendu la nouvelle à la télévision, mais je ne suis pas omnipotent, je suis peut-être passé à côté de l'info.

Au delà des perturbations que ce virus informatique a engendré, on se rend compte que la structure du réseau est bien fragile mais c'est le prix à payer pour avoir un réseau global (que les banques nous envient). Mais ce qu'il faut savoir également c'est que des procédures manuelles existent et sont prévues dans ce genre de cas, seulement, plus personne ne sait les appliquer. Faire un retrait ou un dépôt manuel nécessite des transactions dédiées et une procédure particulière. Lors de ma formation on n'a même pas abordé le sujet, donc personnellement, je ne sais pas faire. Seuls les plus ancien d'entre nous doivent avoir de vagues souvenirs de ces modes opératoires.

Il faut également mettre en avant que, certes les jeunes guichetiers aujourd'hui ne savent plus appliquer ces procédures dites "de secours", mais aussi que c'est très chiant (désolé je n'ai pas d'autre mot) à faire sur toute la ligne de traitement. C'est lourd à gérer au guichet, c'est lourd à traiter en comptabilité de premier niveau en bureau et c'est encore plus lourds à intégrer en comptabilité générale dites de second niveau. L'informatique c'est pratique quand ça marche mais il y a le facteur "productivité qui entre en ligne de compte et cette baisse induite par la paralysie du réseau est préférable à la perte de temps (et donc d'argent) du traitement des opérations en manuel dans les bureaux.

Donc personne ne met en place ces procédures de secours, les chefs d'équipes mais aussi les chefs d'établissement ne donnent pas d'ordre en ce sens. De plus, comme les transactions courrier et la vente de produits à valeur ajoutée fonctionnent, alors tout va bien! Les opérations financières de base ne rapportant pas spécialement d'argent sur le court terme, on peut se permettre de rembarrer les clients, ils reviendront!

Encore une fois l'image de marque en prend un coup, on pourrait développer un plus auprés de nos clients en étant efficaces et fonctionnels tout le temps qu'importe les problèmes structurels que nous pouvons rencontrer...

Mais bon... Ce n'est pas encore à l'ordre du jour, vendre des enveloppes timbrées est plus important il faut croire...

Publié dans La Banque Postale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article